Kum - naa - ya, Variété de maïs hybride climato-intelligente

2021-10-26

Problème que la technologie est supposée résoudre :

Le maïs est la principale culture de base, produite et consommée par la plupart des ménages agricoles du Ghana.  Dans le nord du Ghana, le maïs n'est pas seulement une culture de base, mais aussi une culture de rente qui procure des revenus à des millions de ménages. La production de maïs dans le nord du Ghana est menacée par la baisse de la fertilité des sols (principalement une faible teneur en azote), l'incidence croissante de la sécheresse et l'infestation de Striga hermonthica (Striga). Les effets combinés de ces stress peuvent entraîner une réduction des rendements allant jusqu'à 80%, avec des effets négatifs sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des ménages touchés. Afin d'accroître la productivité du maïs au niveau des petits exploitants, les variétés de maïs destinées à être cultivées dans les zones de savane devraient présenter des niveaux souhaitables de tolérance aux stress susmentionnés.

Caractéristiques techniques de la technologie :

CSIR-Kum-Naa-Ya a été largement testé pour son adaptation à la sécheresse et au Striga dans les zones du nord du Ghana sujettes à la sécheresse et endémiques au Striga. Il a également été testé pour ses performances agronomiques supérieures et son potentiel de rendement dans les principales zones agro-écologiques du pays. Le rendement en grain de CSIR-Kum-Naa-Ya dans les champs des chercheurs et des agriculteurs était de 5,5 t/ha et 2,8 t/ha, respectivement.


Caractéristiques économiques de la technologie

- Coût d’acquisition :

Coût des semences selon le ministère de l'agriculture


- Rentabilité économique :

L'analyse économique de la rentabilité de la culture de cet hybride a indiqué des bénéfices nets élevés, avec un rapport bénéfice-coût (BCR) de 0,9 par rapport au BCR de -0,2 des variétés locales testées avec l'hybride.


- Avantage comparatif :

- L'adaptation plus large de CSIR-Kum-Naaya en fait un bon candidat pour le commerce des semences dans les pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest.
- La commercialisation et l'adoption de cette variété améliorera non seulement les rendements et la sécurité alimentaire des agriculteurs, mais aussi le secteur semencier local, la création d'emplois et les moyens de subsistance des communautés rurales et urbaines.


Limites de la technologie :


Tag